Déclaration Local

 Bilan et perspectives de l’action syndicale parisienne

 

La sauvegarde des petits lycées professionnels

Le plan pluriannuel d’investissement (PPI) proposé par la région en 2012 programmait la fermeture de 12 lycées, essentiellement des petits lycées professionnels. L’intervention de la CGT Éduc’Action avec l’appui de l’Union Départementale CGT [1] a été déterminante dans cette lutte.

La médiatisation et l’argumentation détaillée démontant chaque proposition de fermeture ont obligé la Région à reculer. Plus tard, dans le cadre d’une concertation sur le plan d’EPLEisation des lycées municipaux (transformation des lycées municipaux en EPLE [2] ) de nouvelles propositions ont été faites aux communautés des établissements. Même si les choix sur le lycée Monod sont discutables, le résultat est très positif puisque certains établissements ont pu obtenir des extensions ou des mises aux normes.

Prof et … sans-papiers

Nous avons été confrontés à Paris aux cas de plusieurs collègues sans-papiers. Embauchés avec un titre étudiant dont le droit au travail avait expiré ou avait été retiré à la suite d’un changement de situation, ces professeurs se sont retrouvés dans une situation extrêmement délicate face à l’administration. A chaque fois la CGT Éduc’Action Paris est intervenue en appui de luttes locales ou seule lorsque le collègue ne pouvait compter sur la mobilisation de son établissement. A chaque fois nous avons eu gain de cause. Les personnels ont obtenu le droit de continuer à travailler et, pour certains un titre de séjour. Notre connaissance des situations et la mobilisation ont été déterminantes, le rectorat a choisi de ne pas aller à l’affrontement et a préféré autoriser la poursuite du travail de l’agent encore en poste ou a même appuyé la demande de titre de séjour.

Dans le 1er degré, chez les assistantes sociales, la CGT a aussi été efficace !

Dans le premier degré, la CGT Éduc’Action a pu se faire entendre dans les revendications contre la carte scolaire, la diminution des budgets des classes découvertes. Elle a pris toute sa place dans la bataille contre la réforme des rythmes scolaires.

La lutte des assistantes sociales (AS) impulsée par les élues de la CGT Éduc’Action est un exemple de mobilisation et de solidarité. Suivie par 80% des AS de l’académie, elle a permis d’améliorer les conditions de travail au quotidien et prouve que l’action syndicale et le rapport de force restent des outils efficaces.

Notre présence, notre écoute, nos interventions sur des revendications individuelles ou collectives, sur des questions aussi variées que le PPI, les non-titulaires, l’enseignement adapté, les collègues et élèves sans-papiers, les différentes réformes, le CASNAV, l’ASE... sont le reflet d’une action syndicale dynamique et interprofessionnelle au service de l’efficacité et de l’intérêt général.


[1regroupement de tous les syndicats CGT parisiens du public et du privé

[2lycée dépendant de la Région (la très grande majorité des lycées en France)