COMMUNIQUÉ DE L’ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE EN GRÈVE

 

Nous, enseignant-e-s du collège Hector Berlioz, nous sommes déclaré-e-s en grève ce lundi 2 novembre à 13 heures (15 professeurs sur 29).

Au préalable, nous tenons à vous assurer que nous souhaitons continuer à enseigner en présentiel et à éviter la fermeture de l’établissement. Pour cela, nous souhaiterions assurer nos missions dans des conditions qui ne mettent en danger ni vous, ni vos enfants ni les personnels de l’établissement.
C’est pourquoi nous dénonçons :

- l’impossibilité d’une distanciation physique dans l’établissement : classes entières, dont certaines dans des salles exiguës, étroitesse des couloirs qui favorise l’agglutinement des élèves, le brassage de ceux-ci en cours de langue et de sciences.
- l’impossibilité d’un nettoyage efficace dans les salles spécialisées (Musique, Arts Plastiques, Technologie) malgré le dévouement du personnel d’entretien.
- le manque de personnel d’entretien et d’éducation (assistant-e-s d’éducation) qui entraîne une multiplication de missions qui ne font pas partie de leurs attributions.
- le manque de personnel pour sécuriser les abords de l’établissement ainsi que les entrées et les sorties des élèves.
- la distribution de masques toxiques aux élèves et aux enseignants lors du premier déconfinement.
- l’absence de concertation qui dénote un mépris total de la part du Ministère de l’Éducation.
- l’absence de prise en compte de la part du Ministère de l’Éducation Nationale de l’avis des équipes pédagogiques sur le terrain dont la parole est écrasée et méprisée.

Nous demandons :

- la mise en place d’un protocole sanitaire et sécuritaire réaliste et cohérent :
 a) occupation des sites B1 et B2 afin d’éviter la promiscuité à B1,
 b) de ne pas occuper des salles dangereuses d’un point de vue sanitaire (les salles exiguës A12, A21, A31 et C13), et sécuritaire (salles du rez-de-chaussée).

- d’arrêter d’enchaîner les urgences (changement récurrent de protocole) et donc d’anticiper pour mettre en place un accueil qui puisse tenir dans la durée, y compris dans des conditions plus restrictives.
- des cours en demi-groupe sur le principe un-e élève, une table, dans le respect des distanciations de sécurité sanitaire.

- des masques chirurgicaux jetables gratuits pour les élèves.
- des masques FF-P2 pour les personnels.
- un temps de concertation conséquent qui nous permette de mettre en place des conditions de travail acceptables pour tou-te-s, aussi bien pour les élèves que pour les personnels.

Pour conclure, nous dénonçons le manque de moyens alloués à notre établissement pour que l’éducation soit à la hauteur de sa mission de service public, pour que cessent les suppressions de postes et le démantèlement de l’Éducation prioritaire, que soient prévus un plan d’investissement d’urgence, des embauches massives de personnels de toutes catégories (d’enseignement, de vie scolaire, d’AESH, d’agents d’entretien, de médecine scolaire et de prévention, d’administration et d’assistance sociale), et que ces personnels soient respecté-e-s, soutenu-e-s et protégé-e-s pour pouvoir exercer leurs métiers dans des conditions de travail sûres et sereines. L’actualité nous montre avec horreur que nos revendications sont plus que jamais légitimes et nécessaires.

Soyez assuré-e-s de notre profond attachement au service public d’Éducation.