Crise ou pas, Jean-Michel Blanquer ne change rien