Dossier National

 Dossier ANI

 

Certains prétendent que l’ANI présente des avancées. Or celles-ci n’ont pas d’application immédiate par contre elles ouvrent bien la voie à de futures régressions. La complémentaire santé pour tous par exemple. Au-delà du fait que les salariés devront payer plus pour bénéficier d’une couverture toute relative (qu’il faudra donc compléter par une seconde mutuelle...), cela permettra aux assurances privées de gagner de nouvelles parts de marché. Pour mieux préparer un nouveau recul de la branche maladie de la sécurité sociale ?
L’ANI va directement impacter les salariés de droit privé. Mais on connaît tous les arguments selon lesquels il faut « harmoniser pour l’égalité » les différents droits. Toujours vers le bas. Si cet accord devait être transcrit dans la loi, il serait également un point d’appui pour attaquer le statut des fonctionnaires.

Battons-nous tous ensemble contre le projet de loi basé sur cet accord !

Tout ce qu’il faut savoir sur ces accords

[noir]
- 

Un accord pas comme les autres

L’accord ratifié le 11 janvier dernier par la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC prolonge et aggrave celui du 11 janvier 2008 dit de « modernisation du marché du travail » ainsi que certaines mesures prises sous le quinquennat précédent. Il met en œuvre une proposition phare du président-candidat Sarkozy, les contrats compétitivité-emploi.

- 

Des liens pour en savoir plus sur l’ANI du 11 janvier 2013

Voici les références et/ou les liens de quelques documents utiles pour comprendre, argumenter et agir.

- 

Au fil du projet de loi

Fidélité ! C’est le mot qui convient à la transcription de l’ANI du 11 janvier 2013 proposée par le projet de loi que vient d’adopter le conseil des ministres. On y retrouve en effet la totalité des acquis obtenu par le Medef : dérogations drastiques aux règles du licenciement pour motif économique, modification des éléments essentiels du contrat de travail imposées par accord collectif, sous peine de licenciement, encadrement des délais de consultation des IRP, centralisation de l’intervention des CHSCT, restriction de l’accès au juge et des prérogatives de celui-ci, réforme perverse du travail à temps partiel qui aggravera en fait la situation de nombreux salariés et surtout de nombreuses salariées.

[/noir]

9 cadeaux pour le MEDEF !

ANI : infographie


Voir en ligne : Tous les articles ANI sur le site de l’UGICT-CGT