Manifestation National

 Le vent se lève !

 

Et puis les salariés justement, trop puissants avec leurs conventions collectives, trop
gourmands avec leurs indemnités prud’homales, arcboutés qu’ils sont sur ce méchant texte si difficile à lire et à respecter.

Alors aujourd’hui on veut nous faire croire que ce n’était qu’un feu de paille : la mobilisation s’essouffle... depuis plusieurs semaines déjà ! Et puis il n’y a vraiment que ces méchants casseurs pour faire la une des journaux papiers ou télévisés, les vrais manifestants, les gentils, sont déjà rentrés chez eux.

Ah non ? Non. Ils sont encore des dizaines milliers. Malgré les gaz lacrymogènes et les coups de matraque. Malgré les provocations et les diversions. Malgré les déclarations
martiales du gouvernement. Il n’y a d’ailleurs pas grand monde pour défendre cette
« loi travail ».

Les plus exposés, ceux qui travaillent de nuit, ceux pour qui la majoration des heures
supplémentaires est indispensable, ceux qui sont soumis au pire management ultralibéral et constamment sous la menace des licenciements, sont encore en grève, et ils iront jusqu’au bout. La CGT est là pour les soutenir.

Et les fonctionnaires ? Personne n’a vraiment l’air de les alerter. Alerter oui. Parce que les contrats privés se multiplient dans la fonction publique. Et plus c’est précaire, mieux c’est : les ministères ne sont pas vraiment les employeurs rêvés. Et puis c’est annoncé, on
va remettre de l’égalité dans tout ça, la prochaine étape, c’est le statut des fonctionnaires.

Faut-il attendre qu’il n’y ait plus personne pour nous défendre quand ce sera notre tour ? Pas question !

Nous sommes prêts à contre-attaquer, casser la machine ultralibérale et renverser la vapeur. Arracher la victoire sur la loi travail, c’est non seulement prévenir les mauvais coups à venir, mais c’est surtout l’indispensable préalable à un avenir meilleur.

Alors le 26 mai tous en grève et dans la rue, et le 14 juin à la manifestation nationale !