Les assistants de service social de l’Éducation Nationale et le dispositif « CLAIR »

 

Le dispositif CLAIR touche à plus d’un titre les assistants de service social.

Au niveau de notre recrutement comme pour l’ensemble des personnels de ces établissements, c’est d’une part notre statut d’agent de la fonction publique, et d’autre part, nos missions qui sont en danger.

Si la circulaire du 11 septembre 1991 fixant nos missions n’a jamais été modifiée jusqu’à présent, « CLAIR » va s’en charger par des moyens détournés.

En effet, le poste d’assistant de service social est également profilé et une lettre de missions fixe des objectifs à atteindre sous trois ans. Mais quels types de missions et avec quels objectifs ?

Différentes tentatives visent d’ores et déjà à nous faire déroger à notre « secret professionnel » notamment et à notre déontologie, par exemple :

- l’expérimentation de lutte contre l’absentéisme scolaire en 2009/2010

- la loi du 28 septembre 2010 visant à lutter contre l’absentéisme scolaire qui prévoit que « l’inspecteur d’académie peut consulter les assistantes sociales agréées par lui et les charger de conduire une enquête » de plus il « communique trimestriellement au maire la liste des élèves domiciliés dans la commune pour lesquels un avertissement à été notifié »

Face à toutes les dérives auxquelles nous nous sommes déjà heurtées ces dernières années, nous ne pouvons que craindre une fois de plus pour notre profession et pour les usagers en direction desquels nous exerçons nos missions de services publics.

Car il s’agit bien de cela, un dispositif sécuritaire, loin de « renforcer l’égalité des chances » annoncée mais visant une fois de plus le contrôle, la pénalisation voire à la criminalisation des familles les plus précaires.

Nous avons jusqu’à présent su préserver ce qui fonde la base de notre intervention et positionnement professionnels à savoir la déontologie et l’éthique et poursuivrons toujours dans l’objectif de défendre et faire respecter les intérêts et les droits des familles et des élèves, notamment ceux les plus en difficulté.