Déclaration National

 Loi Cazneuve : une nouvelle régression

 

En effet, le titre de séjour« salarié »,renouvelable une fois en cas de perte involontaire d’emploi, sera soumis à l’obtention d’un CDI, et non plus à un contrat de travail d’au
moins un an.

Or, dans l’Éducation Nationale, un contractuel commence avec des CDD et ne peut accéder à un CDI qu’au bout de 6 années d’ancienneté.

Si la loi Cazeneuve est adoptée en l’état, un enseignant étranger qui ne serait affecté sur une suppléance qu’au mois de septembre, ou plus tard, deviendra sans-papiers au moment de renouveler son titre « travailleur temporaire ».

La situation serait encore plus dégradée que celle des maîtres auxiliaires à l’époque de Pasqua !

La logique de l’immigration jetable continue.